Centre Maurice Halbwachs

Des matériaux à l’épreuve

Enquête sur le Laboratoire de Mécanique et Technologie del’ENS Paris-Saclay et l’industrie aéronautique française

Cette thèse se propose d’étudier les rapports science-industrie à partir de l’intégration d’un laboratoire de mécanique et technologie (le LMT-Cachan) dans les processus industriels, et notamment, dans l’industrie aéronautique. Les recherches menées au sein du LMT-Cachan partent de défis industriels pour introduirede nouvelles formes d’intégration science-industrie, rompant ainsi le modèle linéaire de « découverte scientifique-industrialisation ». Sur la base d’un travail ethnographique, nous avons conduit des entretiens avec les membres du laboratoire et leurs interlocuteurs industriels du secteur aéronautique. Nous avons aussi participéà des réunions de projets collaboratifs et nous avons notamment séjourné au laboratoire pendant un an. Notre travail commence avec la question de l’histoire du laboratoire au sein de l’ENS de Paris-Saclay (ENSPS). Depuis sa création, cette institution a été principalement une école de formation de professeurs des matièrestechniques. Ainsi, le développement de la recherche en mécanique sous l’impulsion de Jean Lemaître et de Pierre Ladevèze a marqué un nouveau tournant pour l’ENSPS. Ensuite nous abordons les coopérations entre les entreprises et le laboratoire pour rendre compte de dynamiques qui vont de l’exploration des nouveaux procédés et méthodes d’analyse des matériaux à leur exploitation industrielle. Le travail de recherche du LMT Cachan dans le contexte d’une industrie très régulée occupe une place centrale dans cette thèse. Nous nous interrogeons aussi sur le rôle du laboratoire dans le processus de certification des structures aéronautiques fabriquées à partir d’un matériau appelé composite. Il s’agit d’un type de matériau très important pour l’industrie (à cause des avantages qu’il présente par rapport à d’autres matériaux notamment les métaux) et pour le laboratoire. Le concours d’intérêts industriels et de recherche permettent d’avancer vers la création d’une zone de coopération entre les deux mondes. Finalement, nous avons observé que le développement de l’informatique a permis de « déchiffrer » ces matériaux, mais a aussi transformé la mécanique en tant que discipline. La maitrise des méthodes de la mécanique numérique a donné lieu à la constitution d’une sorte de culture, avec son langage, ses méthodes et ses objets. Cette culture de la mécanique numérique se distingue aussi par l’émergence d’un nouveau type de mécanicien, le metteur-en-code

Direction

Composition of the jury

Le président du jury : François Sarfati.
Directeur de thèse : Claude Didry
Philippe Brunet, Séverine Louvel, Cynthia Colmellere.
Les rapporteurs : Philippe Brunet, Séverine Louvel.

Defence

10/12/2018

Paris Saclay
Publiée le 2021-05-19 par Administrateur (dernière modification le 2021-06-25)