Centre Maurice Halbwachs

Groupe : Chercheurs et professeurs invités

Tugce Beycan

Fonds National Suisse

Informations personnelles

Adresse

France

E-mail

tugce.beycan@ens.psl.eu

Biographie

CV_Beycan_Aysegul Tugce_March2022

Après avoir obtenu le diplôme d’études secondaires et de lycée de Lycée Française Saint-Michel à Istanbul, je suis venue à Toulouse pour étudier la licence en économie et gestion. Après avoir obtenu le diplôme de maitrise en économie de l’Université de Toulouse 1 et de master en économie du développement de l’Université de Bordeaux IV, je suis partie en Suisse ou’ j’ai obtenu mon diplôme de master en statistiques de l’Université de Neuchâtel, j’ai travaillé pendant 3 ans en tant que statisticienne dans le département de statistiques et d’IPEC au Bureau International de Travail à Genève (je suis spécialisée dans les enquêtes nationales de travail, de conditions de vie, de ménage et de travail des enfants, et des indicateurs sociaux) et plus récemment j’ai obtenu mon diplôme de doctorat en sociologie de l’Université de Neuchâtel (Unine). Durant mon doctorat, j’ai travaillé en tant qu’assistante de recherche, assistante d’enseignement et chargée d’enseignement à Unine. Ma thèse de doctorat s’intitule « The Multidimensional Nature of Poverty in Upper-Middle-Income Countries” (avec la mention de summa cum laude) et dirigé sous la direction de Prof. Christian Suter (directeur de l’Institut de Sociologie de l’Unine) et mon jury est composé de Prof. Suter, Prof. Serge Paugam (CMH, EHESS/ENS/CNRS), Prof. Valerie Moller (Prof. Emeritus de Rhodes University, South Africa) et Prof. Filomena Maggino (Prof. en statistiques de l’Université de Rome Sapienza). Dans ma thèse, j’ai développé une nouvelle méthodologie pour mesurer la pauvreté d’un point de vue multidimensionnel et en se basant sur l’approche des capabilités de Sen. Les enquêtes de l’Afrique du Sud, Mexique, Brésil et Turquie ont été utilisées pour mesurer la pauvreté. Le but est de montrer comment on peut obtenir les différentes configurations de pauvreté à travers de différent groupes de pauvreté en utilisant les micros données nationales. D’un point de vue technique, le but est de montrer comment résoudre le problème de complexité de data (comme il y a beaucoup d’indicateurs reflétant plusieurs aspects de la vie) et d’obtenir une information efficace pour déterminer les politiques de lutte contre la pauvreté et pour diminuer les inégalités entre les différents groupes (de classe plus avantageuse jusqu’à la classe plus désavantageuse). Contrairement aux indices composites de pauvreté, dans cette recherche la société n’est pas divisée en 2 parties comme les pauvres vs. Les non-pauvres ; au lieu de ça, on découvre les modèles les plus influents et les plus dominants de pauvreté à travers de différentes couches sociales dans la société (puisque les indices composites ne reflètent pas vraiment le contenu d’un phénomène social et contiennent la perte d’information). Aussi, cette thèse est comme une introduction au lien entre le cadre d’attachement social de Prof. Paugam et le cadre de capabilités de Prof. Sen : montrer que la pauvreté n’est pas un phénomène économique mais plutôt un phénomène social puisque le déficit de capabilités correspond à non-reconnaissance sociale, non-protection sociale et non reconnaisse des droits des individus. Actuellement, je suis post-doctorante de Fonds National Suisse (FNS) pour 2 ans chez Centre Maurice Halbwachs et mon projet de recherche s’intitule « The Dynamics of Multi-configurations of Poverty and Social Bonds in Upper-Middle-Income Countries ». Dans cette nouvelle recherche, je vais continuer à travailler sur le lien entre les capabilités et l’attachement social ainsi que je vais montrer comment on peut mesurer la pauvreté avec ma méthodologie d’un point de vue dynamique en Afrique du Sud et en Mexique (les tendances des différentes configurations de la pauvreté). Le projet concerne aussi un focus particulier sur les dynamiques de lien de filiation dans certains pays en développement (« upper-middle-income countries »).  A’ part ça, avec Prof. Paugam nous travaillons ensemble sur les questions d’attachement social, et de lien entre les liens sociaux et les capabilités (suite à notre publication de « What Attaches Individuals to Groups and Society. A European Comparison » apparu en Swiss Journal of Sociology en 2020, en collaboration avec Prof. Suter). Actuellement, avec Prof. Paugam on développe une base de données de l’attachement social au niveau international. Mes thèmes de recherche sont pauvreté, bien-être, qualité de vie, liens sociaux, sociologie de développement, sociologie quantitative, social Statistics and labour Statistics.

Toutes les publications

×

Publications sous HAL (par ordre chronologique)