Nos tutelles

CNRS ENS EHESS PSL

Sur les réseaux sociaux




Accueil > Activités scientifiques > Soutenances de thèses

Soutenance de thèse d’Antoine Derouet

Conférer le titre, enseigner la profession, transmettre l’identité. Les formations d’ingénieurs au prisme de leurs enseignements "socio-économiques" : perspectives croisées Belgique-France

Vendredi 17 janvier 2020 à 14 h
Lieu
 : Ecole Normale Supérieure (ENS) / Campus Paris Jourdan, salle R2-02 (2e étage), 48 boulevard Jourdan 75014 Paris
Jury
• M. André Grelon (Directeur de thèse), EHESS
• M. Kenneth Bertrams, Université Libre de Bruxelles
• M. Charles Gadea, Université Paris Nanterre
• Mme Catherine Marry, CNRS
• Mme Patricia Remoussenard, Université de Lille
• M. Ferruccio Ricciardi, CNRS
Résumé :
L’étude des programmes de formation des ingénieurs depuis le début du XXème siècle fait apparaître que la part consacrée aux enseignements « socio-économiques » progresse régulièrement, jusqu’à endosser aujourd’hui un rôle central dans ces institutions, quoique a priori périphérique. Cette évolution résulte notamment de la mobilisation, au cours du siècle dernier, de différents groupes d’intérêts qui ont proposé leur interprétation de ce que devait être ces enseignements dans la formation du praticien : alors que le sens conféré à cette formation a pu varier au cours du temps, le constat de sa « nécessité » et son « manque » semblent d’une remarquable constance, bien que revêtu du cachet de la nouveauté permanente. Le siècle dernier a été tout particulièrement propice à l’établissement d’un tel débat, réinterprétant et s’affranchissant des limites des seules Humanités présentes parfois dès l’origine au sein de certaines institutions d’enseignement. Derrière ces prises de position, s’affrontent des conceptions divergentes du « bon ingénieur », de ses savoirs et de ses pratiques, mais également de sa position sociale et de son rôle dans le système productif, qui apparaissent d’autant plus nettement à la lumière de la confrontation entre deux situations nationales, ici la Belgique et la France. Au projet français sans cesse renouvelé de former l’ingénieur « cadre », à qui la légitimité technique donnerait une position sociale qu’il faudrait justifier par la maîtrise de nouvelles connaissances, s’oppose la centralité de l’expertise scientifico-technique dans le groupe des ingénieurs belges.
L’approche sociologique proposée ici tente de mettre en perspective l’évolution de ces enseignements, alors que l’actualité voit les formations d’ingénieurs questionnées de nouveau sur ce point, en l’insérant dans l’évolution des systèmes d’enseignement supérieur et des professions, faisant de l’étude de l’élaboration des programmes une étude de la production sociale d’un groupe professionnel.

Agenda

événement important

  • Vendredi 17 janvier 14:00-18:00 -

    Soutenance de thèse d’Antoine Derouet

    Lieu : CMH - salle R2-02


Ajouter un événement iCal