Nos tutelles

CNRS ENS EHESS

Sur les réseaux sociaux

Rechercher




Accueil > À la une

Science et religion

Nouveauté

Sous la direction de Claude Dargent, Yannick Fer et Raphaël Liogier.
2017. CNRS Editions, collection "CNRS Alpha", 250 p. ISBN 978-2-271-08941-0

La question des relations entre science et religion est un classique de la controverse – dans les milieux académiques mais également dans des cercles beaucoup plus larges. Souvent vues comme antagoniques, ces relations peuvent être envisagées à partir de différents registres discursifs. Cet ouvrage a pris le parti d’adopter résolument le point de vue des sciences sociales, et principalement de leur discipline pivot, la sociologie. Bien d’autres champs disciplinaires ont certes des choses à dire sur les relations qu’entretiennent science et religion : philosophie, histoire et droit sont tour à tour convoqués dans les contributions que cet ouvrage donne à lire. Mais lui donner une matrice sociologique nous a paru nécessaire, au stade où ce champ de recherche est parvenu en ce début du XXIe siècle.
De Emile Durkheim et Max Weber jusqu’aux auteurs les plus contemporains, sociologie des religions et sociologie des sciences ne cessent de se croiser depuis un siècle et demi. A plusieurs reprises, ce sont les mêmes auteurs qui ont fait progresser ces deux sociologies spécialisées. Pour une part, ces liaisons récurrentes sont aussi liées aux difficultés que la sociologie a eu à trouver la « bonne » distance vis-à-vis des institutions religieuses : elle a dû affronter de part et d’autre de l’Atlantique la question de la place qu’occupent en son sein les partisans de la religion elle-même.
Si elles ne constituent évidemment pas, à elles seules, une réflexion exhaustive sur une aussi vaste question que les relations entre science et religion, les études de cas présentées dans ce livre permettent d’approfondir plusieurs enjeux importants : les lignes d’opposition entre science et religion, et les stratégies mises en œuvre par les acteurs religieux visant à les assumer, les nier ou les subvertir ; mais aussi les compromis et les accommodements, informels ou institutionnels, entre convictions religieuses et connaissances scientifiques. L’ensemble permet de mieux cerner une série de « zones grises » et éclaire certaines incertitudes actuelles.