Nos tutelles

CNRS ENS EHESS

Sur les réseaux sociaux

Rechercher




Accueil > Activités scientifiques > Activités scientifiques antérieures

Manifestations scientifiques 2017

Journée d’étude, "Enquêter auprès des ménages ouvriers et employés"
Mercredi 11 janvier 2017, de 9h à 18h30
Lieu
 : Sorbonne dans l’amphi Emile Durkheim
Journée d’étude organisée dans le cadre de la recherche sur « le populaire aujourd’hui » soutenue par l’Agence nationale de la recherche (ANR) en partenariat avec le Centre de recherche sur les liens sociaux (CERLIS), le Centre nantais de sociologie (CENS), le Centre Maurice Halbwachs (CMH) et le Groupe de recherches sociologiques sur les sociétés contemporaines (GRESCO).
Pour des raisons de sécurité, il est impératif de s’inscrire avant le 15 décembre 2016 auprès de Madame Julie L’Azou à l’adresse suivante : julie.lazou@parisdescartes.fr
Programme
9h : Accueil par Olivier Masclet (Paris Descartes, CERLIS) et Olivier Schwartz (Paris Descartes, CERLIS)
9h15-11h15 : Autour de trois enquêtes

  • Dominique Pasquier (CNRS, ENST-dpt. SES) et Bénédicte Havard-Duclos (Université de Bretagne Occidentale, LABERS) : Les appropriations d’internet dans des familles d’employées des services à la personne : le projet ANR POPLOG
  • Martine Court (Université Blaise Pascal, LAPSCO) : Enquêter sur la socialisation enfantine dans des ménages de milieux populaires : retour sur quelques expériences de terrain
  • Anaïs Collet (Université de Strasbourg, SAGE), Pierre Gilbert (Université Paris 8, Cresppa-CSU), Sylvie Monchatre (Université de Strasbourg, SAGE) : Les arrangements conjugaux autour des modes de garde. Une enquête auprès de parents de jeunes enfants
    11h15-11h30 : Pause
    11h30-12h45 : Échanges animés par Gilles Moreau (Université de Poitiers, GRESCO) et Ana Perrin Heredia (CNRS, CURAPP-ESS)
    14h-15h15 : Autour du projet CLASPOP
  • Olivier Masclet (Paris Descartes, CERLIS) : Une enquête sur « le populaire aujourd’hui » dans quels buts ?
  • Marie Cartier (Université de Nantes, CENS) et Marie-Hélène Lechien (Université de Limoges, GRESCO) : Quels apports de l’enquête par monographies de ménages ?
  • Marie-Pierre Pouly (Université de Limoges, GRESCO) et Gérard Mauger (CNRS) : Enquêter en milieu populaire : retour sur les relations d’enquête
  • Thomas Amossé (CEE), Lise Bernard (CNRS, CMH) et Yasmine Siblot (Université Paris 8, Cresppa-CSU) : Quels ménages avons-nous vraiment rencontrés ?
    15h15-15h30 : Pause
    15h30-16h45 : Des premiers résultats tirés des monographies de ménages (CLASPOP)
  • Vanessa Stettinger (Université de Lille 3, CERIES) : Les conceptions de l’enfant saisies dans la configuration du ménage
  • Muriel Letrait (Paris Descartes, CERLIS) et Matéo Sorin (Université de Nantes, CENS) : Les évolutions de la division du travail domestique dans les ménages populaires non démunis
  • Séverine Misset (Université de Nantes, CENS) : Engagements associatifs, bénévolat et rapports à la politique : quelques pistes d’analyse à partir des ménages enquêtés
    16h45-17h : pause
    17h-18h30 : Échanges animés par Anne-Marie Arborio (Université d’Aix-Marseille, LEST) et Sibylle Gollac (CNRS, Cresppa-CSU)

Journée d’étude, Finance et mouvements sociaux
Jeudi 13 avril 2017, 9h-18h30
Lieu
 : ENS, 29 rue d’Ulm, 75005 Paris, salle Jaurès
Organisation : Quentin Ravelli (CMH-Tepsis) – co-organisation : Benjamin Lemoine (Irisso – Université Paris Dauphine)
Programme
- 9h00-9h30 : Accueil et introduction
- 9h30-10h30 : La dette publique dans le monde de Trump – Public Debt in a Trumpian World (Sandy Brian Hager – London School of Economics)
- 10h30-11h30 : Bernie Sanders, contre la démocratie dévoyée par la financiarisation – Bernie Sanders against the financialization of democracy (Sylvie Laurent – Sciences Po Paris)
- 11h45-12h45 : Les banques communautaires de développement brésiliennes comme tentative de réappropriation citoyenne de la finance – Community Banking in Brazil : a citizens’ attempt to control finance (Isabelle Guérin – Institut de Recherche pour le Développement-CESSMA)
- 14h15-15h15 : Financiarisation et les luttes des ouvriers miniers en Afrique du sud – Financialisation and Mine Workers’ Struggles in South Africa’ (Samantha Ashman – University of Johannesburg)
- 15h15-16h15  : Les luttes contre les banques en Espagne – Struggles Against Banks in Spain (Quentin Ravelli – CNRS-CMH)
- 16h30-17h30 : Les Faucheurs de chaise : une lutte inédite contre l’évasion fiscale - « Furniture seizure » : an unprecedented struggle against tax evasion (Collectif des Faucheurs de chaises)
- 17h30-18h30  : Dette publique et lutte contre la « dette illégitime » – Public debt and struggles against the « illegitimate debt » (Éric Toussaint – Comité pour l’Abolition de la Dette des Dettes Illégitimes)
Sans changer la nature même du capitalisme, la financiarisation de l’économie mondiale depuis les années 1970 en a cependant profondément transformé les structures. Les entreprises, le logement, les retraites, la dette publique et privée ou encore la santé sont de plus en plus étroitement intégrés aux circuits financiers. Cette transformation engendre de multiples formes d’inégalité sociale mais se heurte aussi à des résistances. Qu’il s’agisse des luttes contre les licenciements dits « boursiers », des mouvements contre les expulsions liées aux crédits à risque,
des « émeutes de la faim » consécutives à la spéculation sur les matières premières agricoles, ou encore des remises en question de la légitimité de la dette publique, la financiarisation n’est pas allée de soi. Elle s’impose malgré un cortège d’oppositions trop souvent perçues comme des phénomènes séparés.
Quelles sont les nouvelles formes de luttes qui s’opposent à un processus apparemment aussi virtuel et désincarné que la financiarisation ? Cette journée d’études cherchera à montrer les relations entre le poids croissant de la finance et les formes actuelles des mouvements sociaux, trop souvent étudiés séparément. On s’intéressera en particulier à deux formes de remise en cause, dans plusieurs pays (Etats-Unis, Brésil, Afrique du Sud, Espagne, Grèce, France) : les luttes contre les crédits à risques et les expulsions consécutives à la crise de 2007 ; les oppositions
politiques aux sacrifices démocratiques et sociaux exigés par le service de la dette des États.

Journée d’étude, Finance et mouvements sociaux

Colloque Travail – économie et sociologie
Mercredi 31 mai 2017, 9h30-17h
Lieu
 : Campus Jourdan, Bâtiment Oïkos, salle R2-01
Dans le cadre des évènements associés à l’inauguration du nouveau bâtiment Oïkos, les membres du campus sont conviés à cette rencontre entre économistes et sociologues du campus autour du thème du travail, organisée par Alexandra Bidet et Eric Maurin.
9h30 : accueil café
10h : mot d’accueil par Pierre-Yves Geoffard (PSE-CNRS-EHESS) et Serge Paugam (CMH-CNRS-EHESS)
10h15 : Transformer les règles ?
- Thomas Breda (PSE-CNRS), « Repenser les règles de la représentation syndicale ? ».
- Sophie Pochic (CMH-CNRS), « Réduire les inégalités entre femmes et hommes par la négociation d’entreprise : des avancées partielles et sélectives ».
11h15 : Modes de gestion de la main d’œuvre
- Eve Caroli (Université Paris Dauphine), « Echapper à la pression sociale sur les licenciements : le rôle des CDD ».
- Anton Perdoncin (ENS), « Contrat vs. Statut ? Institution du travail et gestion de la main-d’oeuvre dans les Houillères du Nord-Pas-de-Calais, 1945-1990 ».
12h15-13h30 : buffet déjeunatoire (Inscription)
13h30 : Activités de travail et stratification sociale
- Maya Bacache (Telecom ParisTech) : « L’artiste maudit 2.0 : l’impact des TIC sur le revenu des musiciens » (coauteurs M. Bourreau, Telecom ParisTech, et F. Moreau, Univ. Paris 13).
- Lise Bernard (CMH-CNRS), « La précarité en col blanc. Une enquête sur les agents immobiliers ».
14h30 : pause
14h45 : Politique de l’emploi, expérience du chômage
- David Margolis (PSE-CNRS), « Le salaire minimum et tous ses effets ».
- Serge Paugam (CMH-CNRS-EHESS), « La précarité professionnelle : un concept transnational ? ».
15h45 : pause
16h : Evolutions des droits, perspectives sur le travail
- Philippe Askenazy (CNRS-ENS-CMH) « La démocratie au travail. Qu’apprend-on de la réforme de la représentativité en 2008 ? » (coauteur Thomas Breda, PSE-CNRS).
- Claude Didry (CMH-CNRS), « Un travail sans droit ? De la crise du travail à la crise de l’entreprise ».
Renseignements


Colloque, Espace public et citoyenneté ordinaire. La dimension politique des rapports en public
Les 8 et 9 juin 2017
Lieu
 : EHESS, Paris, 54 boulevard Raspail, salle BS1-28
Jeudi 8 juin 2017
Perceptions mutuelles, critères et épreuves de la catégorisation en public
Président : Erwan Le Méner (EHESS-CEMS) et discutant : Gérôme Truc (CNRS-ISP)
9h30-10h Introduction : Carole Gayet-Viaud (CNRS-CESDIP)
10h-11h Conférence : Elijah Anderson (Yale University) : The Micro-politics of the Cosmopolitan Canopy.
11h-11h20 Pause
11h20-12h10 Marine Huet (ENTPE, Lyon) : Épreuves et apprentissage d’une sociabilité ordinaire de centre-ville par des lycéens de quartiers ségrégués.
12h10-13h Christian Licoppe (Télécom ParisTech) : Applications mobiles et formes connectées de l’urbanité dans les espaces publics.
13h-14h15 Pause déjeuner
Faire communauté. Confiance, défiance, ancrages territoriaux de l’appartenance au prisme du côtoiement public
Présidente : Alexandra Bidet (CNRS-CMH) et discutante : Virginie Milliot (LESC-Université Paris Ouest)
14h15-15h15 Conférence : Isabelle Thireau (EHESS-CECMC) : La dimension politique des rassemblements publics en Chine contemporaine.
15h15-15h35 Pause
15h35-16h25 Sylvain Antichan (ISP-Université de Paris Ouest) : Les réactions sociales aux attentats comme expériences de la citoyenneté ordinaire.
16h25-17h15 Sabah Chaib (Université de Paris Ouest) : Commerces et formes quotidiennes de la citoyenneté à l’échelle d’un quartier de banlieue.
Vendredi 9 juin 2017
Figures du tiers dans la vie publique (1). Intervenir, porter secours, se mêler
Président et discutant : Stéphane Tonnelat (CNRS-MOSAIQUES -LAVUE)
9h30-10h20 Chayma Boda (EHESS-CECMC) : L’acteur vertueux, ou l’entraide dans les lieux publics constituée par l’Etat en vertu privée.
10h20-11h10 Mischa Dekker (EHESS-LIER) : Le rôle des témoins dans les situations de harcèlement de rue. Du passant inactif au citoyen en action.
11h10-11h30 Pause
11h30-12h20 Alexandra Bidet (CNRS-CMH), Carole Gayet-Viaud (CNRS-CESDIP), Erwan Le Méner (EHESS-CEMS, Observatoire du Samusocial de Paris) : Le politique au coin de la rue : le passant reconsidéré.
12h20-14h Pause déjeuner
Figures du tiers dans la vie publique (2). Accueillir, donner, échanger
Président : Manuel Boutet (Université de Nice-GREDEG) et discutante : Frédérique Chave (CMH-CNAF)
14h-14h50 Vincent Thomas (EHESS) : S’engager auprès des sans-abris.
14h50-15h40 Maëlle Megniez (Institut des Sciences sociales, Université de Lausanne) : Faire exister un rapport entre égaux dans la relation d’aide. Les boutiques associatives de vente/charité.
15h40-16h30 Nicolas Puig (IRD) : Installés arabes et migrants asiatiques sur un marché libanais, les dimensions politiques de la co-présence.
Comité d’organisation du colloque :
Alexandra Bidet (CNRS-CMH)
Carole Gayet-Viaud (CNRS-CESDIP)
Erwan Le Méner (EHESS-CEMS-Observatoire du Samusocial)
Ce colloque a bénéficié d’un projet Tepsis et d’une subvention du laboratoire CESDIP.


Journée d’étude, Le retour des classes sociales dans les mondes post-socialistes ? Conditions et modalités d’un renouveau des grilles de lecture du monde social post-socialiste
Mardi 13 juin 2017, 9h-18h
Lieu
 : CERI- Sciences Po Paris, 56 rue Jacob, 75006 Paris, Salle de conférences
Sous la responsabilité de Mihaela HAINAGIU, EHESS, Paris et Jean-Louis ROCCA, Sciences Po, Paris
INSCRIPTION OBLIGATOIRE sur le site du CERI Sciences PO
PROGRAMME
9h : Accueil / Café
9h30-10h
Mot de bienvenue par Ewa Kulesza, directrice exécutive du CERI, Sciences Po
Mot d’introduction par Mihaela Hainagiu, EHESS et Jean-Louis Rocca, Sciences Po
10h-12h30 : Statistique, Sociologie, Espace militant : espaces de production de nouvelles grilles d’appréhension du social ?
Martine Mespoulet, Université de Nantes, CENS : Sortie du communisme en Hongrie : Sociologues et statisticiens face à l’analyse de la structure sociale
Izabela Wagner-Saffray, Université de Varsovie, Institut de Sociologie : Retour ou résurrection ? La notion de classes dans les sciences sociales polonaises aujourd’hui
Mihaela Hainagiu, EHESS, Paris, IRIS/CMH-ETT : Co-construction et promotion d’une représentation du monde social divisé en classes en Roumanie : pôles institutionnels de production sociologique et militantisme des nouvelles fractions intellectuelles
12h30-14h : Déjeuner
14h-15h40 : Les enjeux des prises de position sur, pour et au nom de la classe moyenne
Alexander Bikbov, Université d’État de Moscou, Centre de philosophie contemporaine et sciences sociales : La classe moyenne russe, une réanimation du mort-vivant : contre la guerre civile et pour la consommation.
Jean-Louis Rocca, Sciences Po, CERI, Parler de classe sociale pour ne pas parler de politique : la moyennisation de la Chine.
15h40-16h30 : Travailler en sociologue avec la notion de la classe. Un exemple de recherche
Marie-Laure Geoffray, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, CREDA : Penser la conflictualité sociale à travers la notion de classes sociales à Cuba
16h30-16h45 : Pause
16h45-18h : Débat général

Renseignements

Journée sur les rythmes alimentaires en France et au Chili
Vendredi 23 juin 2017, 10h-16h
Lieu
 : Campus Jourdan, 48 bd Jourdan, 75014 Paris, salle R3-35
A l’occasion du séjour de recherche au CMH de Claudia Giacoman, professeure de sociologie à l’Institut de sociologie de la Pontificia Universidad Católica de Chile, nous organisons une journée de travail autour de la vaste enquête en cours d’exploitation coordonnée par Claudia sur la commensalité : « “¿Cómo comemos juntos ? : Un estudio descriptivo sobre las prácticas de comensalidad en adultos de la Región Metropolitana” (Fondecyt ). Seront présentés les premières analyses et des perspectives de comparaison avec la France.
Programme
Matinée 10 :00 - 12 :30
La matinée sera consacrée à l’approche sociologique des rythmes alimentaires en France et au Chili
Thibaut de Saint Pol : « Les rythmes alimentaires quotidiens en France : une analyse de l’enquête emploi du temps (INSEE 2010) »
Claudia Giacoman : « L’heure de manger : quand on mange à Santiago et pourquoi. Données de cadrage issues de l’enquête »
Après-midi 14 :00 – 16 :00
L’après-midi sera consacrée à une discussion sur des points de comparaison possibles entre l’enquête SIRS et l’enquête chilienne “¿Cómo comemos juntos ? » qui s’est inspirée du volet alimentaire de SIRS.
Claudia Giacoman : « Les déterminants sociaux de l’implantation horaire et la durée des évènements alimentaires à Santiago ».
Anne Lhuissier : « Rythmes alimentaires et fréquence des repas en Ile de France »


Journée d’études, Enquêter sur les réputations
Lundi 26 juin 2017, 9h-18h
Lieu
 : EHESS, amphithéâtre François Furet, 105 Boulevard Raspail, 75006 Paris
Journée d’études organisée par Adeline DENIS, Sarah KOLOPP et Guillaume LANCEREAU, avec le soutien du Centre Maurice Halbwachs et du Centre de Recherches Historiques
Les réputations structurent l’expérience individuelle et collective du monde social, en particulier au sein d’univers professionnalisés (artistiques, académiques, politiques, financiers, etc.) fortement soumis aux enjeux de confiance des pairs, de distinction et de singularisation, de notoriété et de célébrité, ou encore de neutralisation des rumeurs.
Comment les sciences sociales enquêtent-elles sur les phénomènes de réputation ? Une approche empirique et réflexive en termes de réputation peut-elle apporter un nouvel éclairage sur les conditions sociales de fonctionnement d’espaces sociaux au sein desquels les enjeux symboliques sont prééminents ? Quels sont les usages possibles de la réputation comme ressource ou comme stigmate, ainsi que les stratégies et les contraintes liées à ces usages ?
Cette journée d’études, réunissant 19 sociologues, historiens et politistes, permettra d’aborder ces questions et de donner quelques éléments de réponse.
Programme
9h– Introduction : Gisèle SAPIRO (EHESS-CNRS)
PREMIER PANEL : MARGINALITÉ ET CÉLÉBRITÉ
Sidonie VERHAEGHE (docteure en science politique, CERAPS, Université Lille 2)
Croiser marginalité et célébrité politiques : Louise Michel, personnalité révolutionnaire du dernier tiers du XIXe siècle
Pascal LAUCOIN (doctorant en histoire, CESPRA)
Mirabeau, le Capitole et la roche Tarpéienne. Du bon usage politique d’une mauvaise réputation
Ludovic LESTRELIN (maître de conférences, Université de Caen Normandie)
“À jamais le premier”. Enquêter sur la réputation d’un défunt dans le monde du football professionnel
Discussion : Antoine LILTI (EHESS)
11h-11h20 : Pause-café
DEUXIÈME PANEL : JEUX DE QUALIFICATION
Charles BOSVIEUX-ONYEKWELU (docteur en sociologie, Laboratoire Printemps, CNRS-UVSQ)
La réputation de désintéressement et son capital symbolique : la “pieuse hypocrisie” des théoriciens du service public (1873-1940)
Clément LESCLOUPE (doctorant, Université Paris I Panthéon-Sorbonne)
La disqualification comme instrument d’action publique ? Attaquer la réputation des maires pour les contraindre à appliquer la loi
Discussion : Bruno COUSIN (Sciences Po Paris)
12h30-14h : Pause déjeuner
TROISIÈME PANEL : ANALYSER LES SUPPORTS DE LA RÉPUTATION
Laurent CUVELIER (doctorant, Centre d’histoire de Sciences Po)
L’actualité politique sur les murs de Paris en Révolution. Construire une popularité médiatique pendant la Révolution française
Marine CARCANAGUE (doctorante, Paris I)
Défendre son honneur, mettre en récit sa réputation, jouer avec les identités : stratégies de femmes sur la scène judiciaire au XVIIIe siècle en France
Thomas COLLAS (docteur en sociologie, CSO, EHESS)
Travail de réputation et considération des pairs : saisir les constructions d’un nom dans le monde des pâtissiers
Discussion : Raphaëlle LAIGNOUX (Université Paris I Panthéon-Sorbonne)
15h30-16h : Pause-café
QUATRIÈME PANEL : JEUX D’ÉCHELLE ET CIRCULATIONS
Damian CLAVEL (doctorant, l’Institut des Hautes Études Internationales et du Développement, Genève)
“La réputation aux trousses” : le Cacique du Poyais et “sa” dette souveraine, 1820-1838
Noémie RECOUS (doctorante, Université Jean Moulin Lyon 3)
Discrédit et postérité : Nicolas Fatio de Duillier et l’Affaire des French Prophets
Discussion : Tristan LEPERLIER (CESSP)
Conclusion : Pierre-Marie CHAUVIN (Université Paris-Sorbonne)
17h30 : Pot de clôture

Programme

Journée d’étude, CMH – MAGE, “L’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes est-elle négociable ?”
Jeudi 12 octobre 2017, 9h30-18h
Lieu : Amphithéâtre Durkheim – Sorbonne, Galerie Claude Bernard, Esc. 1,
14 rue Cujas, 75005 Paris
Organisée dans le cadre des AMPHIS du MAGE à l’occasion de la parution de la Controverse du n°37/2017 de Travail, genre et sociétés : “Des lois à la négociation… Quoi de neuf sur l’égalité professionnelle ?”
Coordination : Marion Charpenel, Jacqueline Laufer, Sophie Pochic et Rachel Silvera
Cette journée d’étude permettra de faire le point sur les états d’avancées de la négociation de l’égalité professionnelle, sur un plan interdisciplinaire (juridique, sociologique et politiste). Elle présentera les résultats d’enquêtes nationales ou régionales sur la négociation et le suivi des accords, ainsi que des expérimentations territoriales. Enfin, elle se finira par un temps d’échange entre des acteurs et actrices de la négociation de l’égalité.
Renseignements


Séminaire exceptionnel, "Workplace Discrimination in and out of the courts : new perspectives from the United States"
Vendredi 8 décembre 2017, de 10h à 13h
Lieu
 : CMH, Salle R2-02, 48 Boulevard Jourdan, 75014 Paris
Nous discuterons deux livres récemment publiés, en présence de leurs quatre auteurs :
Lauren Edelman (University of California, Berkeley), "Working Law. Courts, Corporations, and Symbolic Civil Rights", University of Chicago Press, 2016
Pour une présentation du livre
Ellen Berrey (U. Toronto), Robert L. Nelson (American Bar Foundation, Northwestern), and Laura Beth Nielsen (American Bar Foundation, Northwestern), "Rights on Trial. How Workplace Discrimination Law Perpetuates Inequality", University of Chicago Press, 2017
Pour une présentation du livre
La discussion sera assurée par Laure Bereni (CNRS, Centre Maurice Halbwachs), Liora Israël (EHESS, Centre Maurice Halbwachs), Jérôme Pélisse (Sciences Po, Centre de Sociologie des Organisations) et Robin Stryker (University of Arizona, Tucson)


Journée d’études, « Aspects des transmissions entre générations »
Mercredi 20 décembre 2017, 9h15-17h15
Lieu
 : Science Po, 56 rue des Saints-Pères, Salle Goguel
Coordonnée par Michel Forsé et Maxime Parodi
On considère souvent que l’individualisme conduit à négliger et à dévaloriser le rôle de l’héritage et de la transmission sous tous ses aspects dans nos sociétés modernes – comme si l’individu ne pouvait affirmer son individualité qu’en rejetant ce qu’il doit à ses aïeuls. Pourtant, aujourd’hui encore, la socialisation familiale exerce une influence notable sur les goûts et les croyances des enfants et des adultes – même si la démultiplication des sources d’influences peut en réduire l’importance. Quel est aujourd’hui le poids de ces transmissions familiales sur les convictions et les engagements de l’individu ? Mais encore, est-on si sûr que l’héritage et la transmission soient un impensé de l’individualisme contemporain ? Quelle valeur accordons-nous au fait de transmettre ? Comment jugeons-nous le fait d’hériter ?
Programme :
9h15, Accueil des participants
Première Session présidée par Maxime Parodi (Sciences Po, OFCE)
9h30 – 10h15, Sylvie Octobre (Ministère de la Culture) : « Transmission et techno-cultures globalisées : éléments de réflexion problématiques et méthodologiques »
10h15 – 11h00, Christine Tichit (INRA, CMH) : « La construction sociale des préférences alimentaires enfantines en contexte migratoire »
11h00 – 11h15, Pause café
11h15 – 12h00, Anne Muxel (Sciences Po, CEVIPOF) : « La politique dans la chaîne des générations : Quelle place ? Quelle transmission ? »
12h00 – 12h45, Pierre Bréchon, (IEP de Grenoble, PACTE) : « La transmission des pratiques et croyances religieuses, d’une génération à l’autre »
Pause déjeuner
Deuxième Session présidée par Hélène Périvier (Sciences Po, OFCE)
14h00 – 14h45, André Masson (EHESS, PSE) : « L’impôt sur l’héritage : débats philosophico-économiques et leçons de l’histoire »
14h45 – 15h30, Luc Arrondel (ENS, PSE) : « Transmettre des "valeurs" entre générations »
15h30 – 15h45, Pause café
15h45 – 16h30, Michel Forsé (CNRS, CMH), Alexandra Frénod (CNRS, GEMASS), Caroline Guibet Lafaye (CNRS, Centre Emile Durkheim), Maxime Parodi (Sciences Po, OFCE) : « Pourquoi les inégalités de patrimoine sont-elles mieux tolérées que d’autres ? »
16h30 – 17h15, Marie-Clémence Le Pape, (Université Lumière Lyon 2, Centre Max Weber), Bérangère Véron, (AgroParisTech et CMH), Elise Tenret (Université Paris Dauphine, IRISSO) : « Des femmes plus exigeantes ? Genre et normes de solidarité familiale dans la France contemporaine »


Journée d’études, Navigation, pêche et identités maritimes XVe – XIXe siècles perspectives russes et françaises
Vendredi 22 décembre 2017, 9h30-17h
Lieu
 : Université Paris Diderot, Bâtiment Olympe de Gouges, Place Paul Ricoeur, 75013 Paris, Salle M019
Organisation :
Irina Gouzévitch (Centre Maurice Halbwachs), Liliane Hilaire-Pérez (University Paris Diderot ICT / EHESS Centre Alexandre Koyré), Alexey Kraykovskiy (NRU Higher School of Economics, St. Petersburg).
LABEX Transfers Paris, Centre Maurice Halbwachs, Identités-Cultures-Territoires (ICT, EA 37, University Paris Diderot), Centre Alexandre Koyré, NRU Higher School of Economics SPb.
This workshop aims to discuss a variety of perspectives related to the representations and self-representations of maritime communities in the 15th – 19th c. The idea of “maritimeness”, i.e. the combination of natural, economic, social and cultural features that creates the specific link between the community and the marine environment, will be central for the discussion. The purpose is to examine how the communities connected to the sea through labor or any other social link understood and represented this relation and how it could be seen by interested observers.
Both Russia and France have impressive maritime history including that of the naval power, commercial activities and scientific research. However, quite noticeably, both countries historically had no international reputation of maritime superpower like that of Venice, Holland or England. Therefore, during the workshop, specialists of Russian and French maritime history will share their vision of interconnection between the historical reputation and representations. Eventually this will open the way for comparative conclusions.
The workshop is planned as a set of short presentations with intensive sessions of opened discussion.

Programme