Nos tutelles

CNRS ENS EHESS

Sur les réseaux sociaux

Rechercher




Accueil > Membres

Pochic Sophie

Sociologue du travail et du genre, Sophie Pochic est chargée de recherche CNRS, habilitée à diriger les recherches. Elle est responsable de l’équipe PRO (Professions, Réseaux, Organisations) du CMH depuis 2011. Elle a commencé ses recherche en sociologie de l’emploi, dans un doctorat sur les cadres à l’épreuve de l’employabilité, réalisé avec Paul Bouffartigue au LEST. Elle y étudiait les conditions sociales de diffusion et d’appropriation de la figure du "cadre nomade", caractéristique du nouvel esprit du capitalisme, ainsi que l’expérience de la perte et de la recherche d’emploi au prisme du genre.

Elle a ensuite développé des recherches sur genre, travail et organisations, avec des enquêtes sur le « plafond de verre » et les politiques d’égalité femmes-hommes dans les entreprises, dans les syndicats et plus récemment dans la fonction publique. Dans une approche sociétale genrée, elle a notamment réalisé avec Cécile Guillaume une comparaison européenne (France, Angleterre, Hongrie) sur la place des femmes dans les syndicats, sous le versant interne et externe de l’égalité (FSE). Elle s’est investie dans diverses recherches collectives, sur les carrières des haut.e.s fonctionnaires et le plafond de verre dans les Ministères (Dares), sur la discrimination syndicale au prisme des contentieux et des négociations (IRES) et sur "Droit, mobilisations, discriminations" (Emergence Ville de Paris). Elle a aussi exploré l’évolution de la confédération CFDT au regard des carrières de ses militants et de leur reconversion, et de sa politique de syndicalisation, cf. l’ouvrage dirigé par Cécile Guillaume CFDT : sociologie d’une conversion réformiste.

Au sein du réseau NetWORK de Hesam (2014-2015), elle a animé un programme pluridisciplinaire au croisement de la sociologie du genre, du travail et de la sociologie de la quantification sur les "Enjeux et usages de la mesure des inégalités femmes-hommes au travail". Elle coordonne depuis 2016 une enquête collective sur la négociation de l’égalité en entreprise, tant du point de vue des dispositifs que de leurs effets concrets (Dares). Elle a soutenu son Habilitation à Diriger les Recherches le 2 mai 2017 à SciencesPo sur "L’égalité élitiste et le féminisme de marché", avec comme garant Didier Demazière.

Sophie Pochic est membre du comité de rédaction de la revue Travail, Genre et Sociétés et du comité scientifique du réseau MAGE (Marché du travail et Genre). Entre 2001 et 2010, elle a participé à l’animation scientifique du GDR Cadres, dont est issu l’ouvrage Cadres, classes moyennes, vers l’éclatement ? et à l’Observatoire des cadres de la CFDT.
Membre de l’équipe pédagogique du Master ‘Genre, Politique et Sexualité’ de l’EHESS, elle a coordonné un séminaire collectif sur "Droit, mobilisations, discriminations" (2013-2014), et anime le séminaire ’Genre et travail, pratiques et politiques’ depuis 2015.
Enfin, elle s’est investie dans Sauvons La Recherche (2004-2009), a siégé au conseil d’administration de l’EHESS (2009-2012) et élue au conseil scientifique du CNRS depuis 2011. Elle est nommée experte au CSEP, Conseil Supérieur de l’Egalité Professionnelle, depuis 2016.

PUBLICATIONS

2016

2015

2014

2013

2012

2011

2010

2009

2008


  • Guillaume Cécile et Pochic Sophie (2008) « Un engagement incongru ? Les cadres et le syndicalisme, l’exemple de la CFDT », Revue Française de Science Politique, 59 (3), p. 535-568.
    Résumé : L'engagement syndical des cadres est loin d'etre une evidence. L'heterogeneite et l'individualisation de leur position professionnelle ainsi que l'offre d'engagement proposee par les organisations syndicales rendent difficile le choix du syndicalisme comme support d'un engagement militant. Pourtant, un certain nombre de cadres, plus diplomes que leurs aines et travaillant souvent dans le prive, s'engagent intensement a la CFDT. Le sens de cet engagement incongru est lie a l'experience d'une situation professionnelle vecue comme insupportable ou problematique au regard des valeurs morales personnelles. En ce sens, il s'agit bien souvent d'une forme de rebellion individuelle, dans un contexte de destructuration des cadres collectifs de la relation d'emploi, de degradation des conditions de travail et de deploiement de logiques manageriales motivees par des preoccupations financieres. Le prolongement de cet investissement dans une forme durable d'engagement syndical pose neanmoins des difficultes patentes. Si l'alternance avec la vie professionnelle est une solution envisageable pour les militants du public, le maintien dans la duree de l'action syndicale s'avere quasiment incompatible avec la poursuite d'une carriere professionnelle pour les militants du prive, moins pour les risques de repression syndicale que pour les enjeux de reconversion qu'il souleve. ER - End of Reference
  • Pochic Sophie et Guillaume Cécile (2008) « Les attendus implicites de la carrière : usages et mis en forme de la vie privée. Le cas d’une grande entreprise française », in Politiques de l'intime - des utopies d’hier aux mondes du travail d’aujourd’hui, La Découverte, Berrebi-Hoffmann I. (dir.), p. 145-167.

2007


  • Guillaume Cécile et Pochic Sophie (2007) « La fabrication organisationnelle des dirigeants », Travail, Genre et Sociétés, 17, p. 79-103.

  • Guillaume Cécile et Pochic Sophie (2007) « What would you sacrifice? Access to top management and the work/life balance », Gender, Work and Organization, 16 (1), p. 14-36.
    Résumé : This paper is based on a current research, combining quantitative – HR figures and statistics – and qualitative data (60 interviews with career managers, top managers and high-potential talents, men and women), conducted in a major French utility company on the subject of diversity and more specifically on the issue of women’s access to top management positions. The main purpose of this research is to understand the difficulties women may encounter in the course of their occupational career, linked to organisational aspects, including the « glass ceiling » processes, informal norms related to management positions (such as time and mobility constraints), and social and cultural representations attached to leadership. The other perspective of this research will focus on the different strategies women and men build to either conform to the organisational norms or bypass them. The issue of work-life balance will therefore be addressed both from a corporate/organisational stand point and also an individual and family perspective. ER - End of Reference

  • Pochic Sophie (2007) « Regards croisés sur le travail des experts », in Etre cadre, quel travail ?, Editions de l’ANACT, Livian Y-F. (dir.), p. 262-273.

2006

0 | 50

--- Exporter la sélection au format