Nos tutelles

CNRS ENS EHESS

Sur les réseaux sociaux

Rechercher




Accueil > Membres

Marry Catherine

Directrice de recherche (émérite), CNRS
Discipline : sociologie
Rattachée à titre principal à l’axe "GCR"

PRÉSENTATION - AXES DE RECHERCHE

Catherine Marry est sociologue, directrice de recherche au CNRS, au Centre Maurice Halbwachs (CMH). Après des études d’économie et de sociologie à l’université d’Aix-en-Provence, elle a débuté sa carrière au LEST (Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail) à Aix-en-Provence en 1972 et l’a poursuivie depuis 1986 à Paris au LASMAS, devenu en 2006 le Centre Maurice Halbwachs. De 2004 à 2010, elle a assuré la responsabilité de l’axe devenu équipe PRO (Professions, Réseaux, Organisations) du CMH.

Ses premiers travaux ont porté sur l’insertion professionnelle des jeunes et sur les relations entre éducation et emploi. La dimension du genre occupe, depuis le milieu des années 1980, une place centrale dans ses réflexions, dans une perspective sociohistorique et de transmissions/ruptures entre générations. La comparaison France-Allemagne est un fil rouge qui traverse ses divers chantiers. Elle a particulièrement étudié la dynamique inachevée de féminisation des professions supérieures qui se traduit par une banalisation relative de leur présence dans ces professions mais aussi par un accès toujours limité aux hautes sphères, qu’il s’agisse des ingénieurs, de chercheurs/chercheuses en sciences de la vie ou de cadres de la haute fonction publique.

Un projet en cours déplace le regard vers la sociologie de la culture, sur le domaine des pratiques musicales amateurs de jeunes adultes, en privilégiant l’angle du genre et de socialisations plurielles (familiale, scolaire, amicale, conjugale, professionnelle). Ces travaux s’appuient sur de grandes enquêtes et des entretiens biographiques.

Depuis 1995, elle s’est impliquée dans la création et l’animation scientifique du réseau MAGE, Marché du travail et Genre et a organisé de nombreux colloque dans ce cadre.

Elle a été membre élue de la section 40 "Politique, pouvoir, organisation" du Comité national du CNRS (2008-2012) et participe régulièrement à des comités de sélection de professeurs d’université et à des expertises de revues, de laboratoires et de projets internationaux.

Elle est membre du comité de rédaction de la revue Sociologie du travail et membre du coité scientifique des revuesTravail, genre et sociétés et Nouvelles Questions Féministes.

Côté enseignement, elle est membre du Conseil pédagogique du Master « Genre, politique et sexualités » de l’EHESS. Elle y a assuré pendant sept ans (2001-2007) un séminaire d’initiation aux études de genre (24h par an) et encadre ou a encadré 8 doctorant-e-s et 2 HDR, dont 4 ont soutenu.

Elle a été professeure invitée à l’Université de Montréal (en 2006), de Fribourg (en Suisse, en 2010 et 2011), de Moscou en 2012, de St Petersbourg en 2013, et conférencière invitée à l’université de Bonn, au Centre Marc Bloch de Berlin, à l’Université autonome de Barcelone, au colloque des 100 ans de la DFG (Association allemande de sociologie) à Francfort (2010) et à l’Université de Varsovie (2011).

Doctorant.e.s

PUBLICATIONS

2006

Chapitre de livre

2005

Livre
Chapitre de livre
Article de revue
  • Marry, C. (2005). Compte-rendu de : Chabaud-Rychter D., Gardey D. (dir.), 2002, L’engendrement des choses. Des hommes, des femmes et des techniques. Mouvements, (38), 159-161.
  • Marry, C. (2005). Professions supérieures et genre : histoire d’une question. Knowledge, Work & Society, Savoir, Travail Et Société, 3(1), 127-146.
    Résumé : Depuis les années 1970, on observe dans tous les pays une féminisation des études et des professions supérieures. Après l’avoir longtemps ignoré, les sociologues de l’éducation, du travail et des professions se sont interrogés sur ce double mouvement, ses causes, ses effets, ses limites. De leur côté, les sociologues du genre ont d’abord focalisé leur attention sur les catégories d’emploi où les femmes étaient les plus nombreuses et dominées : ouvrières et employées. Depuis les années 1990, leur lecture sexuée du monde du travail s’est étendue aux professions supérieures, libérales et salariées. Le propos de cet article est de proposer des fragments de cette histoire de la question « professions supérieures et genre » en sociologie et d’esquisser une typologie des approches. La littérature française sera plus particulièrement explorée mais des exemples seront pris dans l’abondante littérature anglo- saxonne et allemande. ER - End of Reference
  • Marry, C., & Jonas, I. (2005). Chercheuses entre deux passions. L'exemple des biologistes. Travail, Genre Et Sociétés, (14), 69-88.
Rapport

2004

Livre
Chapitre de livre
Article de revue

2003

Livre
Chapitre de livre
Article de colloque
Article de revue
Rapport

2002

Article de revue

2001

Livre
Chapitre de livre
Article de colloque
Article de revue
Présentation

2000

Chapitre de livre
Article de revue
Rapport

1999

Livre
Article de revue
Présentation

1998

Chapitre de livre
Article de revue

0 | 50 | 100

--- Exporter la sélection au format

COMMUNICATIONS
Albenga Viviane, Hatzipetrou-Andronikou Reguina, Marry Catherine, 2013, « Subverting and reshaping gender through music making : lessons from adult amateurs’ trajectories, at the intersection of age, gender and cultural identity », Music, gender and difference. Intersectional and postcolonial perspectives on musical fields, Vienne, 10-12 octobre 2013.

Marry Catherine, Pochic Sophie, Revillard Anne, 2012, « Le plafond de verre dans les Ministères : premiers résultats d’enquête », Séminaire du GEPP, OFCE, 4 octobre 2012.