Nos tutelles

CNRS ENS EHESS

Sur les réseaux sociaux

Rechercher




Accueil > Membres > Doctorants

Fourt Xavier

Doctorant
Membre de l’équipe ETT du CMH.

Discipline : sociologie
Sujet de thèse : L’institution du commun dans les pratiques de jardinage : étude monographique sur la Ferme de la Mhotte (03)
Directeur de thèse : Éric Brian

PRÉSENTATION - AXES DE RECHERCHE :
En partant d’une ferme située en Allier, qui développe une culture des communs et une gouvernance commune dans un lieu sorti de la propriété,l’objet de la recherche est de faire une monographie de cette ferme pour déterminer comment peut y être défini un commun biotique et paysager.

Axe 1 • Enquête sur les modes de formation du commun biotique et paysager au jardin de la Mhotte – Ce premier axe a pour fonction essentielle de dégager les modes de symbolisation du commun biotique et paysager, d’en dégager la grammaire. Une telle vue synoptique est nécessaire pour recenser la multiplicité des modes d’approches du commun, sans nous en tenir au seul registre de la représentation.
Cette enquête porte notamment sur les modes de représentation et les modes de conceptualisation du vivant en biologie et en écologie. Elle a pour but d’explorer les mode de figuration permettant de représenter, d’exprimer et de signifier le commun biotique et le commun paysager.
Sur le plan de l’expression, du mythe ou du récit, il s’agit de relever des registres expressifs comme la personnification (d’une espèce ou d’un “esprit“ tutélaire par exemple), qui ont des impacts directs sur le mode de gestion social, culturel ou agricole du paysage et des relations entre espèces et qui constitue, de fait, un commun biotique ou paysager.Cette enquête sur le plan de l’expression porte également sur les modes d’action, les rituels qu’ils soient représentationnels ou expressifs, qui catalysent, au cours d’une fête par exemple, le commun biotique ou paysager.

Axe 2 • Enquête sur le le jardin de la Mhotte comme communauté de vie en exercice - À partir de la première enquête ayant mis en évidence les modes de constitution d’un commun vivant et habitable (à la fois biotique, paysager, environnemental), c’est-à-dire qui ne soit pas seulement, comme l’énonce Orstrom l’énoncé de règles mais également la construction d’une forme de vie, le but de cette seconde enquête est de mettre en évidence l’exercice pratique dans l’espace et dans le temps, de cette forme de vie. C’est pourquoi cet axe vise la clarification du système de dispositions qui se forme entre les organismes et qui peut être qualifié comme force formatrice du commun.

PUBLICATIONS :
Bureau d’études, An atlas of agendas. Mapping the Power, Mapping the Commons (2015)